Visiter la Birmanie, pays de légende

La Birmanie, est probablement la destination la plus envoûtante d’Asie du Sud Est. Récemment ouverte au tourisme, elle a conservé toute son authenticité. Depuis 2010, la Birmanie se nomme Union du Myanmar, nom déjà utilisé dans son histoire et symbole de rupture avec son passé colonial.(pour plus d'informations, voir ici)

 

Le Myanmar affiche une des plus grandes diversités ethniques au monde avec 135 groupes ethniques officiellement reconnus par le gouvernement et une centaine de langues et de dialectes différents. Ces ethnies représentent un tiers de la population totale, l'ethnie majoritaire bamar représentant environ un peu moins des deux tiers des 55 millions de birmans.

Hormis les bamars, les shan, karen, karenni, môn, kachin, chin et rakhine constituent les "minorités" les plus importantes. Indiens et chinois immigrés récemment constituent une composante non négligeable de la population du Myanmar. L’hétérogénéité de cette population et ses clivages religieux, sont à l’origine des problèmes intercommunautaires qu’a connu, et que connais encore sporadiquement le pays.(les zones de conflits ne sont JAMAIS accessibles aux voyageurs et les points de contrôle pour accéder à ces zones sont nombreux. Il est donc strictement impossible qu'un touriste puisse se trouver par hasard dans une zone de conflit armé.


Le Myanmar est un pays en grande majorité bouddhiste. C'est le boudhisme des anciens, dit theravada, qui y est pratiqué. Sa langue sacrée est le pali. Les innombrables pagodes disséminées un peu partout dans le pays, les moines et les nonnes que l’on croise dans les campagnes et à chaque coin de rue témoignent de la ferveur religieuse des birmans. Parallèlement au boudhisme, les birmans pratiquent aussi un culte très spécifique au pays, le culte des nats. Les nats sont des esprits vénérés depuis de nombreux siècles, et bien avant l'arrivée du bouddhisme dans le pays. Ils sont au nombre de trente sept "grands Nats" et sont pour la plupart des êtres humains qui ont connu une mort violente.

 

Le patrimoine birman est d’une richesse immense: la sublime pagode Shwedagon à Yangon, la pagode Kuthodaw à Mandalay avec sa gigantesque bibliothèque de pierre, le temple Shwenandaw Kyaung, appelé aussi le monastère du palais d'or, une construction en bois de teck des plus raffinées et bien évidemment le magnifique site de Bagan et ses 3000 pagodes de styles très variés, disséminées sur des kilomètres carrés.

 

La cuisine birmane est fascinante et unique en Asie du Sud-Est. Entourée par l’Inde, le Bangladesh, la Chine, le Laos et la Thaïlande, la gastronomie birmane est influencée par les saveurs de ses voisins, mais a su se forger une identité propre.

Lors de votre voyage au Myanmar, ne manquez pas l’occasion de manger à la birmane, avec du riz et les petits plats à base de curry, ingrédient omniprésent dans sa cuisine. Assaisonnée de gingembre, d’ail, de coriandre, de tamarin, d’oignons, de citron et du fameux « ngapi », qui est une pâte de crevette ou de poisson fermenté, la cuisine birmane est unique par son goût. Le "mohinga", le plat national birman, que l’on peut déguster facilement dans les échoppes de cuisine de rue ou dans les maisons de thé de Yangon est une sorte de soupe épaisse de curry composée de nouilles ou de vermicelles de riz, de poisson-chat, de poudre de riz, d’œufs, de pois croquants et agrémentée d’ail, d’oignons, de gingembre et de citronnelle. Souvent consommée au petit-déjeuner, les birmans en mangent cependant à toute heure dans les restaurants locaux.

La cuisine birmane peut s’accompagner des boissons locales, comme le thé noir au lait à la birmane, fortement inspiré du tchaï indien, une bière locale élaborée à base de riz comme la Myanmar Beer, la Dagon, la Mandalay… ou de nombreux jus de fruits comme le jus de tamarin, le jus de canne à sucre (lorsque c’est la saison), ou encore le htayei ou « jus de toddy », une boisson faiblement alcoolisée que les paysans extraient du sommet du palmier toddy.

Avec ses villes animées, ses marchés colorés, la restauration de rue, l’omni-présence de moines et de nonnes à toute heure de la journée, ses innombrables pagodes, mais aussi ses églises, mosquées, temples hindous et chinois, l'arrivée au Myanmar promet un dépaysement complet!

 

Cela dit, un premier voyage au Myanmar ne peut se faire sans une étape dans les lieux mythique et incontournables du pays : Bagan, le Lac Inle, le Rocher d'Or, les grottes de Pindaya, les sites de Kakku et de Mrauk U(inaccessible à l'heure actuelle car trop proche d'une zone de conflit) , Mandalay et les anciennes capitales royales...etc.

Amateurs de culture, d'histoire, de patrimoine, de paysages superbes, de contacts humains avec les birmans, passionnés par la religion bouddhiste (l'école Theravada est à mon sens la plus proche des origines du bouddhisme)... chacun trouvera au Myanmar de quoi satisfaire son désir de découverte d'un pays fortement ancré dans ses traditions séculaires.

 

Le Myanmar est également un paradis pour les photographes, et je me ferai un plaisir de construire pour les passionnés de photographie des voyages spécialement dédiés au 8ème art.

 

Et pour finir sur un ton humoristique, si vous avez pu éviter les nombreux conflits ethniques, les nombreuses zones de mines anti-personnel, les tremblements de terre, les tempêtes tropicales, les risques d’accident sur la voie publique, si vous n’avez pas emprunté la magnifique ligne ferroviaire entre Mandalay et Lashio « Il est également déconseillé, sauf raison impérative : d’emprunter la route entre Mandalay et Lashio, en voiture ou en train », si vous êtes rentré vivant d’un trek dans les villages palaung « les activités de randonnée, à partir de Kyaukme et depuis la ville de Hsipaw, sont formellement déconseillées.» si vous n’avez pas contracté la rage, l’encéphalite japonaise, la diphtérie, la tuberculose, la poliomyélite, la dengue, le paludisme, le chikungunya, le virus zika, le thyphus des broussailles, la grippe aviaire, la méningite, la leptospirose, la bilharziose, si vous n’avez pas été piqué par un insecte venimeux (araignée, guêpe, scolopendre, scorpion) ou mordu par un serpent, si vous n’avez pas été victime d’une catastrophe aérienne « Une attention particulière doit être portée à la question de la sécurité des compagnies aériennes birmanes, la plupart des compagnies étant mal notées par les experts », et si vous ne vous êtes pas électrocuté dans votre chambre d’hôtel «En l’absence de normes, les installations ne sont pas toujours sans danger (absence de prises de terre et de disjoncteurs de protection, notamment). Des cas d’électrocution ont été signalés dans certains hôtels de grand standing. » vous pourrez alors raconter à vos amis votre voyage au Myanmar. Plus sérieusement, il convient à mon sens de ne pas prendre à la lettre les « conseils » figurant sur le site « conseils aux voyageurs » du ministère des affaires étrangères français, qui ne sont propres qu'à décourager les candidats au voyage. Ces "conseils", dont mes recherches personnelles ne m'ont toujours pas permis de savoir d'où ils provenaient et si on pouvait les relier à des faits réels impliquant des touristes, ont probablement pour but non avoué de faire pression sur les autorités birmanes dans le cadre du conflit des « rohingyas » en dissuadant les voyageurs de visiter le Myanmar.

Personnellement, je reste persuadé que les précautions élémentaires prises par tout voyageur responsable permettent de se prémunir de 99 % des dangers du quotidien. Après de nombreux voyages à travers l’Asie, je n’ai rencontré qu’une seule fois un touriste victime de la dengue, au Laos à Luang Prabang. Et, chiffres à l'appui, j'affirme qu'il est bien plus dangereux, statistiquement parlant, de voyager en France!

Bon voyage au Myanmar !

 

Une analyse juste et sans parti pris du conflit des rohingyas: ici

Accès aux galeries: ici

Une superbe video découverte sur Facebook ici